Matériel

  • Une date de sortie pour la BlackMagic Cinema Camera !

    BlackMagic Cinema Camera With Zeiss Lens
    Attendue de pied ferme depuis son annonce lors de la dernière édition du NAB, la BlackMagic Cinema Camera devrait enfin être disponible à partir de la troisième semaine d’août ! Selon Patrick Hussey, le responsable de la communication de chez BM, « la caméra est rentrée dans la dernière phase de tests internes et de la certification Thunderbolt. […] Les premiers envois devraient arriver chez nos revendeurs d’ici la troisième semaine d’août. »

    Commercialisée au prix de 2745 € TTC, vous pouvez d’ores et déjà la commander chez plusieurs fournisseurs comme Visual Impact ou Videoplus.

    Alors pour patienter et saliver un peu, vous pouvez toujours aller jeter un oeil aux dernières séquences mises en ligne sur le compte Vimeo de BlackMagic.

  • Sony NEX FS100 : l’alternative aux réflexs vidéo ?

    Sony NEX FS100La Sony NEX FS100 est pour moi la première « vraie » caméra qui a su rivaliser avec le Canon 5D Mark II : elle est parvenue à combler la majorité des défauts du réflex tout en conservant ses avantages, notamment en terme de qualité d’image. Le tout, à un prix plutôt abordable dans ce segment de marché : moins de 6 000 € pour le kit complet comprenant l’objectif Sony 18–200 mm f/3.5–6.3,  le micro stéréo ECM-XM1, son support, le viseur loupe, la poignée et une batterie.

    Une image de grande qualité.
    Son capteur au format Super35 est plus grand que le Micro 4/3 de la Panasonic  AG-AF101E et offre de bien meilleurs résultats en basse lumière. Un facteur de choix déterminant pour moi. La sensibilité est excellente et se révèle même meilleure que celle du Canon 5D Mark II comme en atteste les tests réalisés par les Américains d’AbelCineTech. Par ailleurs les effets d’aliasing et de moiré que l’on retrouve sur le Mark II sont quasi inexistants.
    Les clips sont enregistrés au format AVCHD sous forme de fichier MTS – directement exploitables par Premiere CS5 et Final Cut Pro X – sur une carte mémoire de type SDHC ou Memory Stick. La sortie HDMI permet également d’enregistrer le signal en 4:2:2 avec TimeCode intégré sur un enregistreur externe. Les « pros » regretteront un connecteur HD-SDI…

    Sony NEX FS100 S&Q Button

    Bouton « S & Q »

    Plusieurs formats d’enregistrement sont proposés et il est notamment possible de tourner à 50ips en Full HD (1920 x 1080) afin de réaliser de beaux ralentis. Pour cela, une seule pression sur le bouton « Slow & Quick Motion » suffit, et c’est parti ! Un vrai jeu d’enfant. Alors OK, on est loin des 240 ips de sa grande sœur la FS700, mais par comparaison, le tout nouveau Canon 5D Mark III n’autorise le tournage 50ips qu’en 720p uniquement. Une aberration quand on sait que le Canon 7D proposait déjà cette option lors de sa sortie en 2009…

    La technologie « steadyshot » mise au point par Sony, permet par ailleurs de filmer à la main sans tremblements disgracieux. Je recommande néanmoins d’utiliser un monopole comme le Manfrotto 561 BHDV-1, car une fois l’objectif monté, la caméra s’alourdit pour avoisiner les 3 kg. Et si Sony a prévu une poignée amovible, celle-ci n’est pas vraiment d’un grand secours pour filmer à main levée. La profondeur de champ tant recherchée aujourd’hui est bien présente, même si elle est un peu moins intense que celle offerte par le Canon 5D. L’enregistrement audio quant à lui s’effectue au format PCM linéaire 2 canaux, 16 bits, 48 kHz ou en Dolby Digital 2 canaux via deux prises XLR ! Les prises de son, qui s’étaient transformées en casse-tête avec le Canon 5D, redeviennent de vraies parties de plaisir. Autre avancée : la Sony NEX FS 100 dispose d’un autofocus, certes un peu lent, mais qui peut parfois s’avérer utile.

    [vimeo]http://vimeo.com/39453069[/vimeo][box]Voici un petit film tourné par l’Anglais Philip Bloom qui montre bien ce que la FS100 a dans le ventre…[/box]

    Une caméra peu pratique.
    L’ergonomie surprenante de cette caméra quant à elle, est plus mitigée. Nue, la Sony NEX FS-100 ressemble un cube bourré de boutons : on en compte plus d’une trentaine ! Les plastiques utilisés pour sa construction n’inspirent en outre par vraiment confiance ; Sony nous avait habitué à des caméras plus robustes. L’imprécision de la molette pour régler la vitesse d’obturation risque par exemple d’en énerver certains. Apparemment, les ingénieurs de chez Sony n’ont pas jugé bon d’utiliser une roulette crantée qui aurait permis de choisir rapidement et précisément la vitesse souhaitée. Même les jouets de ma fille de deux ans sont mieux fabriqués !

    Sony NEX FS100 PoignéeSony NEX FS100 Ecran

    La poignée amovible quant à elle, n’est pas aussi pratique qu’elle en à l’air… OK, il est possible de régler l’angle d’inclinaison (une idée reprise des EX1 et EX3) mais comme elle vient se fixer sur le côté de la caméra, elle ne fait pas « corps » avec le boîtier, ce qui a tendance à déséquilibrer la prise en main. Et si l’écran LCD tactile et rotatif est de très bonne qualité, sa position sur le dessus de la caméra est juste hallucinante ! Placer la FS100 sur un grand trépied ou un monopole déplié au maximum, et il devient alors impossible de contrôler l’image sur l’écran. Pas très pratique quand on est censé capter un concert en fond de salle par exemple…  Elle ne dispose pas non plus de filtres ND, ce qui peut s’avérer gênant par forte luminosité, ni d’un zoom motorisé ; deux détails non négligeables, d’ailleurs corrigés sur sa grande sœur la FS700.

    Verdict.
    Malgré ces défauts, la Sony NEX FS100 s’avère plus pratique en mode « reportage » que le Canon 5D Mark II. Équipée d’un monopode, elle devient tout de suite plus maniable. La mise au point est rapide grâce au bouton « push auto », et des raccourcis permettent de régler la balance des blancs en un clin d’oeil. Les niveaux audio quant à eux s’ajustent facilement en cours d’enregistrement par l’intermédiaire de deux petites roues graduées. Et les prises XLR facilitent grandement les interviews.Sony NEX FS100 Cinema RigMais elle convient également à ceux qui souhaitent en faire une utilisation plus cinématographique grâce à sa grande modularité. Des bagues d’adaptation comme le Smart Adapter de Metabones permettent par ailleurs de monter une grande variété d’objectifs. Alors même si les prix des Canon 5D Mark III et autre Nikon D800 restent très attractifs, la Sony NEX FS100 représente pour moi une vraie alternative et vaut largement l’investissement tant le gain en confort de prise de vue est important.

  • Quelle bague d’adptation Canon EF pour les caméras Sony NEX ?

    Metabones Canon EF Lens to Sony NEX Smart Adapter
    Il existe différentes bagues d’adaptation plus ou moins chères et plus ou moins bien finies pour monter vos objectifs Canon sur votre Sony NEX FS100 par exemple. Mais parmi elles, le Smart Adapter produit par Metabones et Conurus se détache nettement du lot grâce à son rapport qualité-prix quasi imbattable. Pour environ 400 €, cette bague permet de piloter électroniquement le diaphragme des objectifs Canon EF et EFS tout en conservant la stabilisation d’image des objectifs IS ! Elle est entièrement alimentée par la caméra et ne nécessite donc pas de source d’alimentation externe. La mise au point en revanche ne peut se faire que manuellement, mais celle-ci est facilitée par le bouton »Wide Open ». En outre, grâce à sa fabrication « made in Japan », le Smart Adapter étonne par sa qualité de finition et sa robustesse, surtout à ce niveau de prix. La gâchette de fixation des objectifs est très facile à utiliser et fonctionne parfaitement.

    Metabones Canon EF E-mount 02Metabones Canon EF E-mount 02Metabones Canon EF E-mount 03Metabones Canon EF E-mount 04

    Bref, c’est l’accessoire indispensable pour tous ceux qui souhaitent monter leurs objectifs Canon EF et EFS sur leurs Sony NEX 7, 5N, FS100 ou FS700. Son seul défaut : il est régulièrement en rupture de stock, victime de son succès. Le « Smart Adapter » de Metabones est disponible ici au prix de 399 € ou en France chez Visual Impact au prix de 405 €.

  • Wi-Fi BacPac et Remote Control Kit pour la GoPro

    GoPro WiFi Bac Pac + Remote
    Si les gars de chez GoPro ont réussi devenir en quelques années les leaders mondiaux du marché des caméras embarquées, ce n’est pas sans raison. Et ils nous le prouvent une fois de plus avec deux nouveaux accessoires qui vont rapidement devenir indispensables :  le Wi-Fi BacPac et le Wi-Fi Remote Combo Kit.

    Le Wi-Fi BacPac se clipse à l’arrière de votre GoPro sur le port d’extension pour permettre à la caméra de communiquer en Wi-Fi. Grâce à une application gratuite (disponible sur iOS et Android) pour smartphone, tablette tactile et ordinateurs, vous pouvez désormais pilotez et visualiser en temps réel l’image de votre GoPro ! Ajoutez-y la petite télécommande Wi-Fi et vous avez maintenant la possibilité de contrôler jusqu’à 50 caméras simultanément, et ce jusqu’à 180 mètres de distance ! Une révolution donc pour tous les utilisateurs de cette caméra : plus besoin de s’arrêter en pleine action pour lancer ou arrêter la caméra. Mais comme une bonne vidéo vaut mieux qu’un long discours, jetez donc un œil sur le petit film de présentation réalisé par la marque :

    [youtube]http://youtu.be/6JI0wUyH7q4[/youtube]

    Désormais, il est donc possible de placer sa GoPro dans les endroits les plus incongrus (j’entends déjà les esprits mal placés faire des blagues salaces) tout en contrôlant l’enregistrement vidéo à distance. De quoi donner de nombreuses idées aux réalisateurs les plus créatifs. En outre, grâce à la technologie Bluetooth intégrée, le GoPro Wi-Fi BacPac prend également en charge les microphones externes sans fil. L’application GoPro quant à elle permet de transférer directement ses séquences  vers son smartphone ou sa tablette et de les partager ainsi directement sur Youtube, Facebook, Vimeo, etc. Autre gros point fort : le streaming vidéo et photo en direct sur le web sera rendu possible prochainement avec un nouvel update téléchargeable sur le site de GoPro, ; il faudra juste avoir une connexion réseau.

    GoPro WiFi Bac Pac Combo KitLe GoPro Wi-Fi BacPac + le WiFi Remote Combo Kit sont disponibles au prix de 129,00 €. Attention pour les possesseurs de Go Pro HD Hero 1 : cette dernière n’est pas compatible avec l’application GoPro. Elle ne fonctionne qu’avec la télécommande et elle ne prend pas non plus en charge le streaming photo/video en direct. On espère donc qu’une prochaine mise à jour vienne corriger cela rapidement…

    Sachez enfin qu’un update de votre caméra est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces accessoires.

  • BlackMagic Cinema Camera : une caméra de studio uniquement ?

    Blackmagic Cinema Camera

    La Blackmagic Cinema Camera était l’une des grosses surprises du NAB 2012. Et c’est vrai que les caractéristiques techniques étaient plutôt alléchantes : capteur haute résolution 2.5K, disque dur SSD, enregistrement en RAW non compressé, compatibilité avec les optiques Canon EF et Zeiss ZF, un grand écran LCD tactile de 5 »… Et comme les mecs de chez BM sont du genre généreux, ils offrent en plus les logiciels DaVinci Resolve et Ultrascope, le tout pour (seulement) 2 745 € !! Je m’entends encore m’exclamer : « Oh le truc de ouf! », lorsque je reçus la newsletter de BM annonçant la sortie imminente de cette cam.

    Mais si Blackmagic Design excelle en terme de création d’outils de postproduction, on ne s’improvise pas fabricant de caméra comme ça. Et l’ergonomie de la BM Cinema Camera en est la preuve criante. Le boîtier tout d’abord ne comporte aucun bouton : on est obligé de passer par le menu de l’écran tactile pour modifier l’ouverture et les autres réglages. Pas de problème pour un tournage posé en studio mais c’est un peu plus compliqué en mode « run and gun ».

    Les entrées audio, casque, etc., sont toutes placées du mauvais côté. Si l’on porte la caméra à l’épaule par exemple, on se retrouve donc avec tous les jacks et les câbles dans la figure… La poignée vendue en option est complètement inutile puisque »il faut la tenir à deux mains.

    Poignée (handgrip) Blackmagic Cinema Camera

    Impossible donc de faire le point ou de modifier l’ouverture pendant que l’on tourne. Il faudra donc se tourner vers d’autres fabricants comme Zacuto ou Redrock pour trouver un rig mieux adapté.

    La batterie quant à elle, est intégrée à la caméra. On peut néanmoins brancher une batterie externe : le rig devient alors obligatoire… Un gros point noir pour moi qui préfère filmer en config « légère »…

    Quant à ceux qui font de la vidéo sur PC (et oui, ça existe !), ils seront très énervés par le partie pris « Apple » des gars de chez Blackmagic : pas d’USB3 mais un port thunderbolt, et l’obligation de formater le disque dur SSD en HFS+…

    En ce qui concerne la taille du capteur, Blackmagic est plutôt évasif : « Blackmagic Cinema Camera dispose d’un capteur d’image 2,5K incroyable ». C’est ce qui s’appelle noyer le poisson. Il n’est fait mention nulle part sur leur site ou dans le communiqué de presse de la taille réelle du capteur. Il s’agit en fait d’un capteur un petit plus grand qu’un S16mm. On est donc loin  de l’esthétique « full frame » d’un Canon 5D et de sa faible profondeur de champ ; un défaut pour certains mais un avantage pour d’autres, qui commencent à être un peu lassés de toutes ces images à l’arrière-plan entièrement flou qui on envahit nos écrans de TV. Même Turbo s’y est mis !

    Bref, cette caméra n’est pas exempte de défaut. Mais les mecs de chez Blackmagic ont au moins le mérite de foutre un bon coup de pied dans la fourmilière en proposant une caméra à objectif interchangeable capable d’enregistrer en RAW  à un prix défiant toute concurrence ! Et si je n’aurai pas l’utilité d’une telle caméra, plus facile à utiliser pour de la fiction que pour du « reportage », je ne peux que saluer cette performance en espérant que BM rectifie le tir pour leur prochain modèle.